September 27, 2021

KivuTimes

online newspaper

SUD-KIVU:PPI invite au président Tshisekedi à s’impliquer pour que cesse les violations à l’égard des défenseurs de droits humains, les journalistes et les medias au motif de faire respecter l’Etat de siège.

SUD-KIVU,RDC: Dans une note de plaidoyer adressée au président de la République démocratique du Congo, Felix Tshisekedi, Partenariat pour la protection intégrée l’invite à s’impliquer personnellement pour que cesse les violations à l’égard des défenseurs de droits humains, les journalistes et les medias au motif de faire respecter l’Etat de siège au Nord-Kivu et en Ituri.

Maitre Pascal Mupenda directeur pays de PPI qui a rendu public ce document à la presse ce Mardi 14 septembre 2021,se dit préoccupé par la situation des violations et abus de droits de défenseurs de droits humains et des journalistes en RDC, particulièrement dans la province du Nord-Kivu,Ituri et Sud-Kivu.

Dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri,PPI indique qu’entre les mois de Mai et aout 2021,au moins 51 cas des violations ont été enregistrés assortis de six assassinats crapuleux.

C’est notamment deux journalistes au Nord-Kivu et un en Ituri, trois acteurs de la société civile à Beni. A cela s’ajoute deux activistes pro démocratie qui demeurent en détention à l’auditorat militaire de garnison de Goma et dix-sept autres sous menaces graves dans les deux provinces.

« Au regard de ces violations, d’aucun se demande si l’état de siège était instauré pour terroriser davantage les paisibles citoyens et les défenseurs  de droits humains en particulier, ou bien pour combattre les groupes armés qui ne cessent de faire le carnage dans la zone. En outre, l’on se demande si, la population qui continue à être massacrée ne devrait plus pleurer lorsqu’elle est attaquée, ou bien les défenseurs de droits humains, les journalistes et les medias qui dénoncent ou diffusent ne devraient plus parler de cette situation d’insécurité qui peine à être maitrisée, plus de quatre mois après la mise en place de l’état de siège. Parlant du Sud-Kivu, depuis le mois de juin 2021, les défenseurs  de droits humains et lanceurs d’alertes en territoire de Mwenga qui dénoncent l’exploitation illégale des minerais par des sociétés chinoises ainsi que la destruction systématique des champs des citoyens et l’environnement en général sont la cible des graves menaces »indique Me Pascal Mupenda.

Notre source invite le chef de l’état à s’impliquer personnellement.

« S’impliquer personnellement afin que cessent toutes les violations décriées chaque jour à l’égard des défenseurs des droits humains, des journalistes et des médias en RDC, particulièrement en cette période de la pandémie à corona virus, d’une part, et d’Etat de siège décrété dans les provinces du Nord- Kivu et de l’Ituri d’autre part ;Garantir la protection aux DDH et lanceurs d’alerte sur l’exploitation illicite des minerais et la destruction des plantes et l’environnement dans le territoire de Mwenga au Sud-Kivu ;Garantir en toutes circonstances que tous les défenseurs des droits humains en RD Congo sont à mesure de continuer leur travail sans craintes de représailles et libres de toutes restrictions, y compris les harcèlements judiciaires, les menaces ou les arrestations ;Veiller au respect de tous les instruments juridiques nationaux, régionaux et internationaux qui protègent les défenseurs des droits humains, les journalistes et les médias dans l’exercice de leur travail » a dit Me Pascal Mupenda

Le point de presse a eu lieu au bureau de PPI situé sur Avenue athénée en commune d’Ibanda.

English English Français Français Kiswahili Kiswahili
error: Ntiwemerewe Gutwara Inyandiko Utabifitiye Uruhusha
Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.
%d bloggers like this: